icon_basketicon_cadeauicon_CBicon_chieficon_commenticon_cookicon_epicerieicon_epicesicon_facebookicon_google-plusicon_hearticon_huileicon_labelicon_masticicon_mielicon_pinteresticon_shopicon_soapicon_sourireicon_staricon_sucreriesicon_theicon_toothpasteicon_twittericon_verreillus_bankwireillus_CBillus_chequeillus_rating-starslogo_avis-verifieslogo_paypallogo_ukoo

Recherchezdans le blog

Suivez-nous !

Suivez-nous !

Newsletter

En cliquant sur ok, vous acceptez de recevoir des newsletters de Le Comptoir de Messénie.

Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

Au revoir Mikis Theodorakis

Publié le : 09/09/2021 08:29:04
Catégories : Découvrir la Grèce et la Messénie

Au revoir Mikis Theodorakis

Il était l’un des plus célèbres compositeurs grecs, le grand public l’avait découvert à travers sa musique écrite pour « Zorba le Grec », sorti en 1964, et qui a rendu populaire la danse du sirtaki (extrait du film ci-dessous). Elle restera l’une de ses œuvres les plus célèbres, avec le « Canto General » (Pablo Neruda), et « Axion Esti », un oratorio composé en 1960 sur les poèmes d’Odysseas Elytis (Prix Nobel en 1979).

Né le 29 juillet 1925 à Chios, en mer Egée, dans une famille d'origine crétoise, Mikis Theodorakis est passionné par la musique dès l’enfance, il commence à composer à l'âge de 13 ans, et donne son premier concert à 17 ans.

Le compositeur grec était également devenu le symbole de la résistance, de par son combat et son engagement contre les dictatures, engagé à gauche, révolté et résistant jusqu’au bout de ses forces, ayant lui-même connu la torture, la fuite et l’exil.

Après avoir rallié la résistance durant l'invasion nazie, il s'engage auprès des communistes au cours de la guerre civile qui éclate en 1946 en Grèce. Déporté par le régime de droite dans l'île-bagne de Macronissos, il y sera torturé.

Un an après la fin du chaos, en 1950, il est diplômé du conservatoire d'Athènes. Il part en Crète et fonde son premier orchestre. En 1970, Lauréat d’une bourse, il gagne la France où il va suivre les cours d’Eugène Bigot et d’Olivier Messiaen, au conservatoire de Paris. Au fil de ses composition, il devient un compositeur classique apprécié.

De retour à Athènes, il se lie à Grigoris Lambrakis, député du parti de gauche, l'EDA, assassiné en novembre 1963 à Thessalonique par l'extrême droite avec la complicité de l'appareil d'État. Il composera plus tard la musique du film "Z" que Costa Gavras dédiera à l'affaire.

Il sera élu député de l'EDA du Pirée en 1964. Après le coup d'Etat militaire de 1967, il est rapidement arrêté. Gracié un an plus tard, il dirige un mouvement clandestin et se retrouve assigné en résidence surveillée.

Sa popularité ne cesse de croître et pour tenter de le réduire au silence, les colonels le jettent en prison et interdisent son oeuvre. Theodorakis devient le symbole de la résistance à la dictature.

À l'effondrement de la dictature en 1974, une foule immense l'accueille à son retour le 24 juillet à l'aéroport d'Athènes, scandant son prénom. Il apporte alors un soutien inattendu à Constantin Caramanlis, l'homme d'État de droite qui orchestrera le rétablissement de la démocratie. La formule qu'on lui attribue, "Caramanlis ou les tanks", fâchera longtemps ses camarades.

En 1981, il rallie pourtant le parti communiste ultra-orthodoxe KKE, et est réélu député du Pirée. En 1990, Theodorakis est élu au Parlement grec — il l’avait déjà été en 1964 et 1981 — et devient « ministre sans portefeuille auprès du Premier ministre » dans le gouvernement de Konstantínos MitsotákisIl sera un précurseur du dialogue bilatéral avec la Turquie, qu'il promeut en musique en 1997 avec le chanteur turc Zulfu Livanelli, juste après un grave incident territorial entre les deux pays.

Photo :magazine rollingstones

La classe politique grecque s'est largement exprimé sur le décès du compositeur

La présidente de la République Eikaterini Sakellaropoulou a salué "un créateur grec et en même temps universel, un atout inestimable de notre culture musicale (...) qui a dédié sa vie à la musique, aux arts, à notre pays et à ses habitants, aux idées de liberté, de justice, d'égalité, de solidarité sociale". Le gouvernement grec a décrété trois jours de deuil national.

La ministre de la Culture grecque Lina Mendoni a réagi à la mort du célèbre compositeur : "Aujourd'hui nous avons perdu une partie de l'âme de la Grèce. Mikis Theodorakis, notre Mikis à tous, l'enseignant, l'intellectuel, le résistant, est parti. Celui qui a fait chanter des poètes à tous les Grecs".

"Avec une profonde émotion et des applaudissements incessants, nous disons au revoir à Mikis Theodorakis, activiste-créateur, leader et pionnier d'un nouvel art combatif en musique", a déclaré le parti communiste grec.

A voir / A lire

Reportage hommage sur france 5 : https://www.arte.tv/fr/videos/040797-000-A/mikis-theodorakis-compositeur/

Article france tv info : https://www.francetvinfo.fr/culture/musique/le-grand-compositeur-grec-mikis-theodorakis-auteur-de-la-bande-originale-du-film-zorba-le-grec-est-mort-a-96-ans_4757355.html

Article france musique :https://www.francemusique.fr/actualite-musicale/le-chef-d-orchestre-et-homme-politique-grec-mikis-theodorakis-est-mort-70526

Photo source Vikidia

Ajouter un commentaire

 (avec http://)